Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 août 2022 4 11 /08 /août /2022 11:39
 "Lagrimas negras " de Oswaldo Guayasamín

"Lagrimas negras " de Oswaldo Guayasamín

 
C   l   ô   t   u   r   e                  t   e   r   r   e   s   t   r   e 
 
Plein Est le monde                De mon sang             des plaintes tues   
 
 
 
A   h      m   e   s       c   o   m   p   l   a   i   n   t   e   s 
 
 
La femme est le lit de mes rêves  
                                                         
 a dit l’homme 
 
Ainsi tout fut                    possible  
                        à réaliser 
                            à construire 
 
 
 D’une simple union 
                         au creux des mains voici 
                                                              la terre          et 
                                                                                 la braise        voici 
                                                                                l’eau  
                                                                                          
                                                                                          I  
                                                                                          I    G 
                                                                                          I         N 
                                                                                          I           O 
                                                                                          I         R 
                                                                                          I       E 
                                                                                          I     E 
                                                                                         I    S
 
                                                                                          I    P 
                                                                                          I        A 
                                                                                          I     R 
 
                                                                                          I    D 
                                                                                          I        E 
                                                                                          I   S         
 
                                                                                          I        A 
                                                                                          I              R 
                                                                                          I                   M 
                                                                                          I              E 
                                                                                          I         S                

 

                                                                                          I    T   
                                                                                          I         E 
                                                                               HiroshIma           R  
                                                                            NagasakI                   R                                                                                                                            
                                                                                          I                        I 
                                                                                RegueIn                        F 
                                                                                          I                            I 
                                                                                GambIer                      A 
                                                                                  TureIa                    N  
                                                                       TahIti                T                                                                   L’aven_______________________________________ I_______________________________
 

Partager cet article
Repost0
7 mars 2022 1 07 /03 /mars /2022 10:54
Espace d'être

 

Partager cet article
Repost0
23 juillet 2021 5 23 /07 /juillet /2021 18:43
« Winter flies » : "Les mouches d’hiver"  ou lorsque le cinéaste Olmo Omerzu fait mouche

  

      Le film commence par un plan général où on voit se mouvoir dans la nature d’un paysage verdoyant le jeune Heduš ; on dirait un soldat camouflé d’un habillage vert ressemblant, par effet mimétique, à la couleur de la végétation dans laquelle il se mouvait. Puis on le voit en train de grimper d’immenses pipelines, un deuxième puis enfin un dernier, laborieusement, en rampant sur le ventre afin de pouvoir passer par-dessus pour gagner une vue sur la route. Il avait sous les bras, porté en bandoulière, un fusil mitrailleur, doté de jumelles, qui semblait réel. Il prend l'arme pour le pointer, tel un snipper sur les voitures de passage et il tire, à blanc, toutefois, tout en produisant un déclic et, en ayant la possibilité, par ailleurs, d’activer une option de tir en rafale. Tout en visant les véhicules de passage il reconnait son camarade Mára au volant d’une voiture, il accourt vers lui et se met eu travers de la route, lui barrant le chemin. Il lui demande de le prendre dans son véhicule. Il refuse. Heduš s’affale sur le capot et se met à plat ventre sur la carrosserie. Il insista tant et si bien que Mára décide, enfin, de prendre Heduš. Celui-ci avait un argument, plus ou moins convaincant : il avait du pèze , c’est utile durant un voyage qui va prend l’allure  d’une aventure étonnante par-delà l’environnement quotidien, d’apparence, habituel, dans un pays qui est le leur et qu’il redécouvre par le biais des relations qu’ils tiennent avec les personnes de rencontre.

      Avant de poursuivre leur périple, les deux garçons se débarrassent de leurs téléphones en les jetant dans un lac afin ne pas être tentés de les utiliser et, par ricochet, ils évitent ainsi de se faire repérer.

      Lors d’une halte dans un sous-bois un homme, accompagné d’un chien, les accosta. Quand il voulut leur donner des conseils ils lui répliquèrent par des mots vulgaires en ayant ironisé à son propos avec insolence et en ayant proféré en sa direction des mots vulgaires. La personne s’en est allé offusquée par de telles réactions. Juché sur la branche d'un arbre Mára aperçut l’homme qui, il y a, à peine, un instant, leur donnait des leçons de morale, en train de noyer son chien dans le lac après avoir attaché autour du cou de l’animal deux tubes métalliques. « Oh ! l’enc…» cria-t-il en sautant de l’arbre et il courut à perdre haleine puis plongea dans l’eau et, enfin, il arriva, sans grande peine, à sauver le chien. Celui-ci va devenir le compagnon inséparable des deux compères.

      Que ce soit à l’intérieur de la voiture ou à l’extérieur, on suivra avec aisance le déroulement captivant des scènes relatant les péripéties de l’histoire d’une randonnée exaltante.

      La voiture roulait et la discussion allait bon train où s’y révélait la place du militaire, plus ou moins importante, dans la société ; on a su que le grand papa de Mára avait été promu plusieurs fois; « il avait ses grades bien cachés et constituaient bien un trésor » disait-il, fièrement. Engagé dans une faction de l’armée intégrée à l’Otan, des généraux de cette organisation armée transnationale ont même épaulé papy pour qu’il devienne ministre de la défense » … continua-t-il.

      Aussi, sur le plan symbolique et suggestif, Heduš , habillé d’un manteau de camouflage et avec son arme-jouet qu’il portait tout le long du voyage, représentait, bien au-delà d’un narcissisme d’adolescent à vouloir garder une certaine contenance de maitrise de soi, une omniprésence de la sécurité d’ordre policier ou militaire dans l’accompagnement de l’activité citoyenne de jeunes et de moins jeunes… Tout aussi paradoxal, à la fois rassurant ou impressionnant mais, aussi, inquiétant, pour le commun des mortels, quand l’argument sécuritaire domine, implicitement, dans une opacité relative, déconcertante, les rapports humains, les contacts. Si la tutelle, se considérant comme telle, chargée de contrôle ne réussit pas à encadrer un jeune, tel ce fugueur, par exemple, celui-ci sera considéré, de fait, comme suspect.

      Par une série de Flashs forwards, intercalés de scènes où on voit une ou deux mouches, apparaitre, en gros plan, sur l’opacité de quelque surface, le réalisateur va nous amener, progressivement, au dénouement de l’histoire de « Winter flies ».

      Pourquoi les mouches ? Première explication : lorsqu’il y a du pourri, à l’odeur nauséabonde, dans un secteur, les mouches marquent leur présence. Les mouches apportent nuisance et malaise dans nos rapports innocents avec le monde : une grosse mouche qui tombe dans une tasse de café ou qui se pose sur un gâteau lors d’une rencontre enlève la saveur saine rayonnante de confiance dans les relations établies avec les choses et notre environnement humain proche en portant atteinte à un certain sens de la découverte des splendeurs ou de la décadence d'un monde… 

      Les deux jeunes continuent la route tout en exprimant leur désappointement vis-à-vis de la situation qu’ils vivent dans le pays dont ils sont originaires et affichent l’intention de quitter le territoire national, définitivement, en tonnant « …on s’engagera soldats dans la légion de France, on aura l’argent plein les poches. Et les femmes: ah pardi! à Paris ça doit être bien plus facile qu’ici ».

      Les deux adolescents durant leur voyage ne cessent de répercuter, dans les bribes de leur dialogue, le discours machiste prédominant dans le milieu social où ils vivent par des propos vulgaires qui dévalorisent le rapport entre l’ homme et la femme et fait de celle-ci un objet sexuel absolu, fantasmant, d’une manière grossière, inconvenante, sur le rasage du maillot, par exemple…  

      Sur la route apparait une autostoppeuse quelle aubaine se disent-ils, l’occasion pour eux d’avoir une partenaire pour un rapport sexuel. La jeune femme hésite de monter dans la voiture. Heduš entreprend de la convaincre de prendre place à côté du jeune conducteur. La nuit venue : veillée autour d’un feu de camp. La fille Bára s’enfermera dans la voiture en compagnie du chien, non sans avoir téléphoné, au préalable à une connaissance…

      Les deux compères, restés dehors dans le froid, se disputeront l’unique sac de couchage. Ils dormiront dans une position inconfortable. Mára paraitra comme un vers enserré dans sa chrysalide, quand son camarade restera attaché au sac…  Le lendemain, près des cendres du feu de camp éteint, la lumière du jour les tire du sommeil.  Leur réveil ne rappelle-t-il pas celui des papillons colorés venus pour un nouveau jour ? Un passage, une fois la télé allumée, par désœuvrement, au hasard, à la maison du grand père, abordera le thème de la migration des papillons… Ou, encore, cet éveil matinal n'évoque-t-il pas, pour chacun d’eux, la mouche qui revient à la vie et renait des cendres tombées d’une cigarette ? Mára mettra en évidence le phénomène en question devant la policière chargée de l'interroger... Mais on n’en est pas encore là. L’aventure continue.

      Dans une cabane de forêt où ils font halte, l’ami de Bára les rejoint. On assiste à une rivalité qui s’instaure dans le couple. Paradoxalement, Bára utilise les mêmes moyens sexistes employés par son partenaire pour vouloir s’imposer ; mais la nature propre de la femme qu’elle représente, malgré elle, la rend vulnérable dans un rapport perverti par l’esprit machiste dominant. Les deux compères, retournés d’une pêche miraculeuse où ils avaient attrapé des poissons à mains nues en faisant le gué au milieu d’une rivière au cours torrentiel ont tout observé de la fenêtre, ils surgissent dans la pièce brusquement par surprise, brandissant l’arme en direction de l’intrus, simulant un tir, et Bára est ainsi arrachée de la liaison  perverse et violente qui se profilait et dans laquelle elle aurait pu succomber…

      Mais sur la route la fille demande à descendre de la voiture. « Je ne veux plus continuer la route avec vous ». Bára déclare vouloir vivre sa vie librement.

      Après cela on voit les deux garçons en train de s’adonner à la masturbation (le terme en langue arabe plus approprié : je le traduis comme suit : "la discrète pratique" ) chacun de son côté. La caméra les prend suivant un plan rapproché, sous l'angle d'une prise de vue en plongée, limité, seulement, à leur portrait, en montrant l’expression trouble de leur visage jusqu’à ce qu’ils atteignent l’ultime phase orgastique. Le cinéaste réalise, ainsi, une scène  rare d’expressivité, en insistant longuement sur « la discrète pratique », remettant en cause le préjugé négatif admis envers ce mode sexuel auquel se livrent les adolescents avec un regard tolérant, serein: ni monstration pornographique polluant les mentalités, ni violence sexuelle alimentant la haine : tout juste une évocation érotique mentale, furtive, qui transparait de leur respiration à peine entrecoupée, et de leurs yeux au regard perdu dans le vague , et du frémissement peaucier de leur figure tendue, quelque peu, accentué d’une contraction des lèvres entrouvertes jusqu’à pleine (auto) satisfaction propre à un acte sexuel entier accompli.

      On reprend la route. Direction : la maison du grand père. Raison invoquée : dresser le chien.

      Ils continuèrent le voyage dans la nuit sur une route déserte ; l’un s’endormit et celui qui conduisait tomba de sommeil. A ce moment-là on assiste à un moment surréaliste fantastique : alors que les deux garçons étaient  endormis, la voiture comme téléguidée, continuait son petit bonhomme de chemin dans la nuit et les ramena jusqu’à la maison du grand-père. Comme si la fugue des deux adolescents s’inscrivait dans l’accomplissement de la destinée   que les rapports familiaux et éducatifs avaient tracés dans l’affermissement de l’attachement filial à la personne aimante la plus communicative.

      Mais voilà arrivés à la maison ils ne trouvent pas le grand père. Ils cherchent après lui mais en vain. Puis, soudainement, on entend le chien hurler à la mort le museau orienté dans une certaine direction en guise d’alerte où le papy de Mára se trouvait étendu, terrassé par une crise cardiaque, sur un chemin désert, non loin du lieu où il habite. Ils l’emmènent d’urgence à l’hôpital.

     C’est au moment où un policier aidait un conducteur d’un semi-remorque à manœuvrer pour qu’il ait pu gagner, marche arrière, la route au niveau d’un croisement de chemins que Mára, comme jeune mineur seul au volant d’une voiture, se fit attraper, non sans tenter de fuir. Il est conduit au commissariat. C’est durant l’interrogatoire du jeune fugueur que l’apparition des mouches se fait plus présente. On résume en deux ou trois actes la séance consacrée à la question.

      Acte 1 : la provocation :  l’agent vocifère et prend à partie, brutalement, le jeune :  le culpabilisant, avec un ton provocateur, brandissant le pull rose que la fille avait oublié dans la voiture, pour le traiter, en mimant un comportement efféminé, « tu es un travesti…un travesti, avoue-le! » Le jeune se compromet, indirectement, en bafouant, légèrement, des bribes paroles pour s’en défendre.

      Acte 2 : la manipulation psychologique : c’est la femme policière qui s’en charge. Elle invite le jeune Mára à passer à table sans brutalité apparente. Elle partage avec le chérubin la même cigarette qu’ils fument à tour de rôle. Le mouvement de la caméra, montre qu’un fonctionnaire n’est pas exempt de tentation de dévoiement utilitariste et pervers : tout en se maintenant à son poste, à "faire durer le plaisir", le plus longtemps possible, dans un système figé prêtant le flanc à des rapports dévalorisants et dégradants.

      Une grosse mouche, prise isolément, soudainement apparut, au moment où la policière fait croire au jeune qu’elle a téléphoné et qu’elle s’est renseignée (on notera l’existence d’une tendance à manipuler le renseignement, froidement, comme moyen de diversion et de torture morale): "il y a deux malades, enregistrés dans le même cas que celui de ton grand-père, qui ont été admis à l’hôpital ce jour-là; et, l’un d’eux est mort. » En entendant cela la jeune craque en larmes dans un moment intense d’émotion. Il se soumet et il commence à avouer, à débiter, comme des lapalissades : le nom de son grand père, celui de sa mère, le numéro de téléphone de celle-ci . … 

      Son compagnon, qui était descendu de la voiture, auparavant, avec le chien, se trouvait dehors; il organisa une diversion en ayant déclenché simultanément les alarmes des toutes les voitures, en stationnement, dans le parking du commissariat. Heduš, profitant de l’absence des deux policiers, alertés, sortis voir ce qui se passe, va libérer, en utilisant une échelle, son camarade Mára. Celui-ci s’évade par la fenêtre, non sans prendre les clés de la voiture, non sans réagir violemment à la provocation et à la manipulation dont il fut l’objet, en renversant le mobilier qui servait de bureau.                                                                         

      Ils reprennent la route avec un enthousiasme délirant, et des rires qui reflètent la pleine satisfaction. « Et les p... et le fric ?!» cria Heduš à l’adresse de son compagnon. « On en a que faire, rien à foutre ! » lui répondit Mára, en appuyant sur le champignon. « Retour au bercail ! »

       La photographie a soutenu, admirablement, la réalisation du film par un cadrage rigoureux et des prises de vue d’un raffinement saisissant, intimement liés à l’action des personnages et aux situations diverses qu’ils vivaient.

      Film fort expressif à caractère suggestif, ou encore, plus allusif que symbolique, qui nous ramène, d’une manière originale et authentique, sur les traces d’une évocation Kafkaïenne, à l’endroit des mouches, et rappelle, surtout, d’une manière particulière, la « Nouvelle Vague » de Prague. Avec « Winter flies » le cinéaste Olmo Omerzu a reçu le prix de la meilleure réalisation au prestigieux festival international de Karlovy Vary en 2018, reflétant la haute qualité du cinéma tchèque.

Programmé lors du festival culturel européen à Alger le film :« Les mouches d’hiver » a été projeté le 08 juillet 2021, à 18h30, à l’Institut Culturel Italien en présence de la Directrice du dit institut et de Madame l’ambassadrice de Tchéquie. La séance a été suivie d’un débat en présence de quelques cinéphiles. Affable et accueillante, la représentante de nationalité tchèque avait invité l’assistance à une collation sympathique. Rendez-vous pris pour d’autres rencontres, tout aussi engageantes, avec d’autres films, notamment, ceux-là qui sont liés au surréalisme ou à la nouvelle vague du cinéma de Prague. Merci beaucoup. Ciao.

 

      Fouad Boukhalfa

Partager cet article
Repost0
27 mai 2021 4 27 /05 /mai /2021 17:23
Un chant nommé  BLM
Un chant nommé  BLM


      Je bois une eau minérale
      L’eau  fraiche à travers ma gorge 
                             ne cesse de s’écouler 

      Ma soif fut- elle si grande


      Puis  je prends avec mes deux doigts d’un geste de la  main collés contre une petite anse en céramique  ma tasse de café noir bien serré et l’approche de mes lèvres 
      Je commence à boire
                                               à ingurgiter par petites gorgées entrecoupées par des pauses plus ou moins longues 
                                 le fluide tonifiant  concentré  produit de la torréfaction de grains du caféier qui pousse entre des mains expertes dans le climat des tropiques d’Afrique

                                                    
      Est-ce d’avoir pris le sel de la mer plein la vue  pour que regardent mes yeux mouillés si beau le ciel d’ aujourd’hui
                                                    révélé à l’évidente saveur de son éclat 
                                                de la tonalité d’une marque à trois caractères  scripturaux  BLM 
        B comme Black 
                                     comme  toute personne à peau noire  reflète une des couleurs chair  de l’être humain   
         L M  comme lives matter  
                                                  comme tout un chacun elle a le droit de vivre également        
                                                                

      Mais s’il parait naturel le goût de vivre  imprégnant ce jour
                                                                                                           aussi pour habituel il n’en est rien

      On exige de connaître de savoir toujours on est
                          à la recherche d’une vérité
 
      Et aujourd’hui comme on ne le vit jamais
      Se répandit une clarté  manifeste  sur le  monde
      De la veine  palpitante qui éclata rouge sang  
                                                                                   éclaboussa de honte l’institution sécuritaire  dont la tendance raciste qui la traverse s’est révélé au grand jour par l’acte criminel  commis par un  policier qui sans raison aucune étrangla  à mort  

      Un homme innocent                 qui ne demandait  qu’à survivre  en ayant essayé de dégager son cou du genou étrangleur de son bourreau   
      Un citoyen qui prononça une dernière parole vraie ultime nouée à sa gorge J’étouffe
                                                                                                                                  de douleur
-
-     
      Douleur 
      Douleur        noire 
      Et de noire douleur il n’y a que  
                                                           d’aimer


      Cet aujourd’hui prend la  signification d’un nom d’une famille humaine par-delà les frontières ainsi pour toujours dans le temps présent
 
      B   Black Georges Floyd            we are                      nous sommes 
                                                            LM   living from our mankind                  vivants de notre humanité

                 
      
      George Floyd 
                                      
      Peuple de couples de femmes et d’hommes  unis  d’être d’un même combat 
                                        qui scandent  ici ou ailleurs partout  et aux USA 
                                               Tous égaux en droits humains devant la loi
                                                        Black lives matter

      D’incarner l’appel à la grande justice naissante qui s’élève bien au-dessus du pouvoir de la bassesse innommable des actes criminels qui font  perdurer  ku klux klan et autres apartheids désignés coupables  à jamais  au nom de l’histoire  des peuples
                                          Et au nom de notre foi au Bon Dieu 
                                        
      De ce rubis étincelant  
                                             qui rayonne            noir    du  soleil         
                                                                                     Africain
                                                                                  A le mettre à ton coup à ta gorge
      O Beauté 
                       ne 
                            fera 
                                     que 
                                               précipiter   
                                                
      Dans le monde 
                                  Ta  
                                        c l a m e u r

 

 

 

Fouad Boukhalfa

 


*/1: Le texte se rapporte à une  version originale qui  portait  comme titre « Un chant nommé BM »,  ensuite il a porté, carrément, le nom : « Un chant nommé Benjamin Moloïse » ; et, puis, voilà, pour la deuxième fois, que l’intitulé, une nouvelle fois, a changé  avec un contenu, toutefois, différent: « Un chant nommé  BLM » : en hommage à toutes les victimes de racisme contre les personnes de peau noire, notamment, jusqu’à ce jour, car: « Black lives  matter » est toujours d’actualité…
Cette deuxième version, par coïncidence, au  hasard du cours de l’histoire liée à celle de l'écriture, est plus que symbolique. Le texte d’origine a été écrit en octobre 1985, suite à l’exécution par étranglement (par pendaison), du poète ouvrier, militant de l’ANC, jugé coupable de « l’exécution » d’un officier de police noir  considéré comme traître de la cause anti-apartheid pour laquelle combattait les camarades de Nelson Mandela …
Et voilà, qu’un certain mai 2020, un « agent de l’ordre », aux USA, commet un des pires actes criminels, qui a tout l’air d’une exécution sommaire, délibérément, odieusement, poussé, par des « pulsions » racistes antinoir, assassina George Floyd en plein jour, dans la rue, sous la caméra. 
Alors, ce policier qui a commis un tel crime sera-t-il condamné à mort, comme ce  fut le cas pour  Benjamin Moloïse dont la probité citoyenne était exemplaire?
Sachant bien que l’ANC avait assumé la responsabilité du meurtre de l’officier de police pour lequel le poète ouvrier, et  militant politique, était condamné…
Ce rapprochement, entre Benjamin Moloïse et George Floyd, lié, principalement, à l’écriture de la deuxième version du texte n’a pas été préconçu, sur le champ, suite aux évènements, mais avait apparu, fortuitement, bien après, et, d'une manière  progressive... Un genre de palimpseste, si je puis dire,  où le texte d’origine s’efface par endroit, et devient, quelque peu illisible, « au détriment » du nouveau  que je présente ici. Aussi, tout sépare les deux évènements, certes; mais, si je fais entrevoir, en tant que lecteur de mes propres  textes,  une analogie : celle-ci n’aura pas été faite  pour justifier ou alimenter un quelconque esprit de vengeance, mais pour méditer sur les racines historiques des agissements racistes et débattre de l’équité : « Tous égaux, en droits humains, devant la loi ».

*/2: Ce texte a été choisi parmi les deux écrits que j’avais proposés pour ma participation au Prix  International Léopold Seda Senghor.... A l’annonce des résultats, le 22 Mai 2021, mon nom figurait, à coté du titre, correspondant à cette publication: "Un chant nommé BLM", sur le palmarès , en 3ème position, parmi les trois lauréats de la série D : thème libre, en langue française.

 

 

 

 

 

 

 

 

Un chant nommé  BLM
Un chant nommé  BLM
Partager cet article
Repost0
6 juin 2020 6 06 /06 /juin /2020 17:28
"Tête péninsule rouge" de Jean Dubuffet

"Tête péninsule rouge" de Jean Dubuffet

      Il pleut en moi

                             une bruine intérieure qui me tient intimement attachée profonde à Mon entière entité intègre 

      Et je vois bien en effet  que je ne sais pas au fond de quoi il s’agit encore

   Aussi la question de commencer à chercher après son origine et de vouloir comprendre le pourquoi de sa manifestation ne m’est pas encore venue à l’esprit Car le fait est là

                                                                                                               je suis porté par une vaste étendue aux contours évanescent d'une mélancolie emmêlée à un air de tendresse  comme émanant d’un souffle de brise qui se désagrège doucereusement le long de la formation d'une ligne ondoyante suivant un air de vague douleur légère comme provenant de la  voltige  d'une tourterelle attachante qui à peine frôle-t-elle mon épiderme que la voilà battant de l’aile ressentie si proche à fleur de peau

                                                          élevée au-dessus de la collante promiscuité asphyxiante 

                                                          élancée libre vers les hauteurs azurées à tracer dans le temps et l’espace le parcours de l’évolution d’une danse au rythme d'un  mouvement aux sonorités roucoulantes d’un gémissement au long cours à ne rien entendre de si près que les frémissements aux attraits divins déployés au loin en échos

      Se présentant comme une preuve indéniable de  l'existence d'un magnétisme potentiel  contenu  en chaque être et en toute chose dans l'univers qui tend mystérieusement à un moment ou à un autre à rétablir un équilibre à instaurer un contrebalancement  vers un  échange  d'égal à égal  entre  genres différents  de  natures multiples qui amène à méditer sur l'Ordre de nos destinées

                  à évoquer par exemple  la faculté innée qu' une conscience a de percevoir l'Idée de justice

 

     

      Il pleut en moi

                         une bruine intérieure qui me tient intimement attachée profonde à mon entière entité intègre 

     Mais au fur et à mesure que je réalise l'emprise persistante de ces  ondées qui traversent  ma personne de la tête aux pieds comme on arroserait une plante afin  qu'elle puisse  élaborer une part de sa sève nutritive

     Il m'est de moins en moins possible de vouloir m'empêcher d'apprendre de quoi est faite cette pluie

      Enfin voyez-vous maintenant voilà je désire savoir

      S’agit-il de cette eau provenant de l’essorage d'un  ciel traversé de nuages

      Ou est –ce un sang nourricier inconnu 

      Est-ce des paillettes de minéraux légers concassés

      Est-ce des corpuscules infinitésimaux de lumière

      Est- ce un crible de particules de la matière noire 

    Est-ce les bribes d'expressions colorées vibrantes de fibres apparentées aux filaments d’un métier à tisser dont le principe moteur est tenu à l’abri des reflets des miroirs

 

      Oh mais

                      qu’elle soit  bénie cette précipitation gravitationnelle d’éléments compacts me liant à l’existence pourtant encore intangible d’un Etre avenant à Ma condition d’écorché à vif dont la respiration profonde  d'un  seul  trait  inspiré comme sous l'effet d'un manque d'air soudain 

                                                                              ébranle les mécanismes pulmonaires des alvéoles  

      La gorge nouée

                  par une émotion jaugée à la mesure de l' appréciation critique naissante  correspondante  

                          au ressenti  

                                           innommé

 

 

*Complement du titre:  Esquisse d'un écrit à fleur de peau du Wichėm

 Pazifikdampfer de Hundertwasser Friedensreiche

Pazifikdampfer de Hundertwasser Friedensreiche

Partager cet article
Repost0
1 août 2019 4 01 /08 /août /2019 08:15
Tableau de Juan Miro

Tableau de Juan Miro

                                                                       

      C’est Ma Jeunesse

                          que je vois

                                renaître

                                     et vivre

                                   avec d’autres préoccupations

                                             que les miennes

                                                     par rapport à d’autres temps

 

 

      Je vois le même filon renaître

                                                 à tes doigts de poète

                                              frémir la même fleur prête à éclore

                                                                                à donner le fruit

                                                                              toujours          la nouvelle poussée promise  d’

                                                                                                 Un temps à venir

 

      Faut-il me rassurer

                             Et dormir tranquille

 

      Ou encore m’inquiéter d’entendre                              ainsi bruire

                                                                   le  même mûrissement

 

      Quoi

 

                      N’y a- t-il pas eu progrès

                      N’a-t-on  rien produit qui ne vaille la peine d’être humain

                                                                           Nulle part

                                                                                     pas la moindre  planche de salut

                                                                                                pour  une vie frêle qui menace de sombrer de n’importe qui  pour  n’importe quoi  

 

      De dire       enfin

                        que le temps est fait ainsi  

                      Et que la jeunesse  est

      Une tragédie  nécessaire                        à l’avènement d’un  printemps

 

   

      Alors

                   quant à moi je déclare  inventer d’autres temps

      Lorsque je chante

                                                               

                                         Et c’est de Jeunesse qu’il s’agit encore

                                         Quand bien même  il fait une saison sage

                                    d’œuvrer  à la venue d’un être

                                                                              dont l'inclination fugitive est d'incarner le renouveau du monde                                                                          

     

      Même si fallait-il pour cela avoir été  le seul

      Quand bien même de brûler

      Mille fois flamme moi-même

      Pour une seule fleur et son horizon

 

      Et d’avoir été celui-là le même

      Qui avait tendu la main

      A ceux-là qui l’ont damné

 

 

      Car s’il m’arrive de  trembler parfois en parlant de jeunesse

                                            c’est bien du fait  

 

                                      non pas la mort

                                                 De ses  refrains

                                                                     de la litanie de ses oraisons

                                                                      du caprice d’un jour d’un désir d’aimer sans lendemain

 

                                                                      Mais

                                                                  De craindre

                                                               

                                                                                      la fin de ce souffle de l’Esprit

                                                                                      de ce Mouv allié au vent d’un changement  d’une révolte

                                                         de l’orage d’une  forme d’expression dont le contenu esquisse un tracé en mesure de charrier le nouveau cours                                               à transfuser  une  autre vie à l’Histoire

                           Et Manifester 

                                                    non sans relever le défi d’un désespoir par moment cœur palpitant lèvres pâles trahissant un  baiser d’aimer librement consenti au nom duquel malgré rien on devient coupable

                   et

                        malgré tout 

                                              Un  nouvel espoir enivrant

 

 

      En fait que signifie au fond  Renaître sinon se réveiller  à l’âge de n printemps 

                                                                                   à une certaine heure d’être créatif   

                                                                      

      

      Et De ne pouvoir

                                    De tout ou

                                                         de rien     

                                                                          Que le sens           de la portée d’un engagement

                                                                                                        à l’éclat coloré rayonnant

                                        

     Des Regénérations  perpétuelles        

                                                              Du   Reconnaître           Partagé

 

 

 

 

    Fouad Boukhalfa

 

 

 

 

   

      

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                           

                                                                           

                                                                                                                     

                                           

 

 

                                      

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        

                

 

    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

               

                            

                                                                                             

 

 

 

 

A mon passage au cercle des poètes lors de la déclamation de mon texte en mon nom d'auteur Fouad Boukhalfa.

REGENERATIONS
REGENERATIONS
Partager cet article
Repost0
8 mars 2019 5 08 /03 /mars /2019 11:04
Paysage peint par Bettina Heinen-Ayach

Paysage peint par Bettina Heinen-Ayach

"Acceuil du printemps" peint par Souhila Belbahar

"Acceuil du printemps" peint par Souhila Belbahar

                 

     Femme      dis-moi     la somnolence

      Lorsque peinte de la couleur du sable

                 Tu rayonnes par ton élan secret furtif de liberté

                                   le bon alibi de dire

 

 

                          Merveilles          Découvertes fantastiques

                                Au monde des joyaux                                  ancestraux  berbères

                              

                         pierres

                                        par

                                                pierres

 

 

                    le dessin  d'entreprendre  à dessein

                                                          

                                                                                           traits

                                                                   

                                                                                                           par

      

                                                                                                                    traits

                     la passion  ardente                                jusqu’à l’eau de source                       limpide

                       goutte

                                    à

                                         goutte

                          

                            le manifeste  d’une                              terre pétrifiée

                                                         à                              l’ordre des couleurs

 

                                                                                    m

                                                                                         û

                                                                                            r

                                                                                         i

                                                                                        s

                                                                                      s

                                                                                    a

                                                                                        n

                                                                                           t

                                                                                             e

                                                                                               s

                                                      

 

 

 

 

 

 

 

 

      De laisser  le temps composer à ta vie presque on aurait dit

                                                              que ce ne fut pas toi

      Mon oasis de peindre                 l’âpre tonalité

      Des couleurs           Mon pays         Mon ciel      que   je

                                                                                          re               que

                                                                                               ven   di /    

                     Sembles-tu dire               

                      de ta haute lumière

                       Comme pour l’abeille

                            le nectar et les                                         fleurs                    

                              est   nécessaire

                         Comme pour le papillon                                                     

                             qui         de ses          ailes

                                                      irise                             de couleurs

                                                                                     Un ciel de tendresse

                                                                                                  nommé

                      Paysage

 

 

                                Aquarelle d’une                           harmonie naturelle

 

 

                         portée aux traits  abstraits                                                                                                                                                                 roses d’évidence

                                                                                      pour                                                                                                                                                               une

                                                                                                   écriture

                                                                                                         musicale

 

De la même main qui forma les formes tu façonnais

Le bouclier  en cuivre d'une fresque édifiante de vie

           du Hoggar  jusqu'à la baie d'une presqu'île d'alger

Les traits créatifs édités par des pierres

      Mirage bleu d’une eau minérale miraculeuse reflétant le portrait de la femme Tergui

              ou telle autre

                                        celle-là qui                        de toutes semble raconter                                                                               une  histoire

                                    insoupçonnée                                       

                             d'existence

                         Lorsque 

                      de l'attente            joue  

               contre le genou De ce qui

                   amène d'être gravement                         assise

                         au coeur d'une coupe

                              tranversale

                                 d'un arbre

                            à exprimer

                                   le désir  ardent

                         inquiétant

               faisant ainsi gagner un  

nouvel arbre vers le ciel de Ta patience

      Et le temps  de renaître              un  long temps à   gagner un pouvoir hypnotique d’un œil incarnant  la force  

                                                                         la volonté de  survivre à la fatalité d'un destin en portant  haut

         Ton témoignage

                                     Ta révolte

 

 

                 Ta sensibilité si attachante

              de nous emmener peu à peu                 pas à pas vers les

                             parcelles  

                           de

                             la 

                        solidatrité

 

 

                   Afin qu'aucun enfant ne

                    ne souffre d'abandon sur                     

                        terre

                  

 

Aussi 

tu es apte à même d’expliquer et de dessiner

                                                                                  un printemps

                                                                                       comme Exemple à suivre

 

      De ta joie élevée d’une saison nouvelle parfois

      Si légère de révélation tu chantes                                      le printemps

 

      Mais c’est aussi l’orage et la pluie

                              Quand bien même c’est         un verdoiement       ensoleillé c’est aussi   la nuit

                              Et c’est toujours une nouvelle fleur et                                     

                                  c’est irrésistiblement un nouveau fruit

                        Et bien sûr       c’est l’amour         l'amour                                              l’amour   

                     

                        Mais dis-moi l’heure de plénitude de ce nu féminin                               

                                    pressant une prune mûre                                                             

                                                        contre ses boucles                      

                                            pendantes à ses oreilles

                 

 

   

Mais dis-moi l’heure de cette fleur épanouie en ce jardin

       De moi-même non séparée

       Innervé dans ma nuit 

    

      Je ne crois à l’union de deux sexes différenciés

                             que de ce qui est d’apprendre

                              ce qu’est une fleur

                           A rien d’autre pareil qui ne   fut

                                                             Et ne sera

                                                                              que                                              

                                                                               la

                                                                               fleur

                       Comme celle-ci violette par exemple à 

                  étamines et pistils dorés

                                                                   dont les pétales

                  s’ouvrent à mes paupières non ouvertes

 

           

Alors le signe d’une plante

                                                        comme on dessine on écrit

                                                                                                     prend alors

                                                                                                                         un sens

                 Et dénonce          l a   t u e r i e

 

                   Car le printemps c’est aussi la jeunesse et c’est la tragédie

                         des  enfants d’un peuple

                     au pied d’une mère confondue   à un arbre sans fin de

                                                                               douleur

                        Contre les barbelés violents de tous les violeurs de vies   

                 ___ainsi un horizon peut devenir si vite interdit

 

                 Et de n’user que du Noir

                                     peut mieux plus que tout                 dire

                                      la sympathie des gens modestes de Rencontres

                 

                   Je suis quelque part là  dans mon pays                                 et

               je te découvre Reine des temps anciens d’une histoire De                                                                                                    maitriser

                               des  rites ancestraux      

                                                       De résister

                    dans les lignes des ailes de papillons

                                                                                    parfois si bien

                    Ou dans les échos des coquilles océanes

                                                             De  perpétuer l’Existence

                   Et dans les pierres  cuites De clamer l’effort

                              D’élever un corps en  lutte pour l’art

                       Et de  l’appeler           Mon enfant                                                                                                                                                                                 

                                                                                                                                                                                                       Ma bataille

 

 

                   De tes yeux          tes yeux        tes yeux

                  Lorsque je nous découvre en deux ombres naturelles Si

                      proches

                         Projetées sur une toile à peine peinte d’une couleur aux

                origines mystérieuses  révélant  de l’éclair d’une

               compréhension soudaine une signification

      Que la femme a exprimé                  Un foyer de vie

                                               Une cité      Une nature         Une planète  

                                        pour justifier en tout

                                   l’exigence 

                                                  d e   l a     j u s t i c e               

                                 dans le couple  formé de la femme et de l’homme                          

                                                               

 

 

                                    

            Fouad Boukhalfa

                                                                                                                                          

*  Texte écrit suite à ma lecture des tableaux  de l’exposition  picturale tenue à Alger, un 08 Mars 1989 (moins d'un semestre, après  les évènements d'octobre 1988)   où sont  présentés les travaux des femmes. Aussi, j'ai eu beaucoup de mal à mettre les noms des artistes femmes dans la marge ( en ayant voulu respecter le manuscrit original écrit à la main)  avec une saisie aux caractères  lisibles et clairs comme le furent les textes précédents. Des espacements et des interlignes ( considérés comme des repères d'interprétation ou de lecture ) ont été brouillés ou déplacés...mais sans effet sur l'approche  formelle intelligible  qui, en  filigrane renvoyait tout aussi bien ne façon  de peindre, sur le support page,qu'une manière  d'écrire,  selon le  rythme  d'une excpression sensible partagée...

En voulant  publier ce texte je n'ai pas vu le temps passer j'ai raté deux rendez-vous littéraires : les lieux des  rencontres  étaient relativement loin, il fallait me déplacer, prendre un bus ou le train...

** J'avais noté seulement "fruit" sans avoir précisé  le genre,  au départ, dans le texte. lorsque la necessité de le nommer s'est imposée,  j'ai imaginé, alors, que cela aurait pu être une  prune.mûre...

                          

Partager cet article
Repost0
2 mars 2019 6 02 /03 /mars /2019 15:47
 "Renaissance" created by Romare Howard Bearden

"Renaissance" created by Romare Howard Bearden

The Street" created by Romare Howard Bearden

The Street" created by Romare Howard Bearden

     

  Une percée dans  les ténèbres

 

Voix  A

 

 

      Dans les lieux où les organisations des foules  en droit  d'agir  se défaisaient  démembrées désunies  morcelées sous la cadence  d’un  temps  de commande  envieux de convoitise dévorante qui oscillait entre arbitraire  et corruption  avec  Un deux poids deux mesures  établi comme une règle  de convenance  instituée    

 Habitée par cette  démence de la possession  du gain facile  et du  profit à tout prix où l'espoir d'affirmer l'humain  vole en éclats d'une  valeur ajoutée  souvent  manipulée avec   démagogie ou détournée avec arrogance ou encore réduite à une menue  monnaie en guise de prime dite sociale  sonnante bénédiction comme dans une assiette  un pourboire  jeté à des personnes  qui préfèrent  se présenter plutôt comme assistés qui aiment être servis par ceux qui savent se servir  de la rente obtenue des activités publiques d'un état nation pour satisfaire leur égo à faire  entretenir confusément chez  beaucoup de gens des illusions d'ordre populiste

     Une fatalité aux effets sournois  auxquels on fait face avec  un effort de volonté  persévérante accompagnée de bon sens  pour arriver enfin  peut-être à incarner une incandescence  rayonnante   qui apporte la clarté dans les ténèbres  des affaires de gestion du pouvoir politique   toute percée  signifie  un passage dans la   transparence 

      Habillés à fleur de peau d'un tissu   frissonnant d'écritures personnelles aux marques fuyantes aux  refllets changeants  

de désespoir avide                      d'amertume extrême

             dont on nie la  dimension  de détruire  

       le rythme  continu de vivre                                               allié                                                             à la tendance  printanière  bourgeonnante des rêves

                                                        

 

 

 

 Un mouvement de danse avec Adla

 

Voix B

 

 

  A continuer la marche en pas de danse que nous traçons  Adla  et moi  en  un mouvement ample  et libre

    Où je  vibre au moindre timbre de sa voix  en accord avec  l’amplitude de la  musique apprivoisée  du  mouvement voluptueux  de ses hanches

                         A mes mains  qui s’y déposent en douceur  au  gré d’une  métamorphose du  geste  en voltige de colombes

                    en accord avec la  poésie

      Au point d’entendre à travers  la claustration des lieux  obscurs

                           l’aube se réaliser de l’ouvrage des mains ouvrières restées éveillées jusqu’au bout de la nuit

      Serait-ce le temps dit des cerises auquel on aspire

      Ou celui-ci encore  incertain comme un lent réveil 

      Lorsque par  hasard  un moment de bonheur

                   nait

      de la saveur de  mes lèvres balbutiantes étonnées 

     le  pressenti d'une  idée  d’une invention un goût de renouveau

      au frémissement des paroles prononcées 

                      d'un  sourire rayonnant de Adla              

          Résonnent  en  moi  mille et une musique denses à démêler les pas de  danse du désaccord des anachronismes

 

 

 

 

Une nature de l' histoire avec exemples

 

Voix C

 

 

      Ou  il s'agit de la cueillette d'une vigne fertile au rythme frémissant des pieds nus  à piétiner le raisin  dont le jus se mêle à la sueur ruisselante du corps soumis à l'effort en mouvement là où  on  s'épuise  jusqu’au vertige  chancelant à perdre la raison

               du don de soi du  désir de l'ivresse d'aimer

       

       ou  est-ce  le temps humain  victorieux  du poète reclus à Ain-Sefra   Bachir Hadj Ali incarcéré quand il   témoigna d'un  diktat aux coups assomants  d'un narcisisme au  totalitarisme rampant 

     contre lequel il résista

                                          et  chanta cet autre  poète qui écrivit   la mort d'Empédocle  de sa folie d'être  au diapason d'une source authentique prisonnier locataire d'une tour au-dessus du Neckar  

           Friedrich Hölderlin  dont le langage a fait de la terre un foyer ardent de bonté acceuillante

     Comme dans les lieux où les foules de citoyens  à merveilles  se mobilisent         

     Font acte de présence  dignement  

    Acquis à la continuité du combat manifeste  pour le droit et les libertés

    Au nom du meilleur de chacun

                             de nous-mêmes

     

 

      Là où  un individu s'épanouit de l'histoire d'un peuple la personne humaine EST

 

     Ainsi va                                                                   le rythme

du guembri qui vibre 

      et la voix déployée

qui chante

     en nous si fort  qui  formons une marée humaine  ondoyante  aux  poings  levés de révolte de colère  et de résistance dans une volonté de vivre triomphante

      De mon pays où tout invite au partage  Vrai de l’amour

      A multiple clés musicales dans tous les tons et les différents  accents de ses enfants

      Renaissant à  l’avènement d’un temps  nouveau  où  tout moment incarne un acte accompli de justice faite 

                  Un acte de bienfait  

                                       de l'éclat d'une fête

          de la joie

                             radieuse          de tous

                                  

 

 

 

 

Fouad Boukhalfa

 

 

*Prénom féminin inspiré du mot  de la langue arabe"Justice"[ Adala]  qui figure dans le titre de ce texte, repris et corrigé, dont le brouillon date depuis longtemps  ... Aussi, cet écrit fait partie d’une composition en voie d’achèvement.

**Bachir Hadj Ali (1920-1991): poète algérien, il est fait allusion  à son ouvrage « l’arbitraire » où il témoigne, entre autres, des sévices de l’incarcération qu’il a subis,  suite au coup d’état  militaire en 1965 à Alger…

***Friedrich Hölderlin (1770-1843) poète allemand. 

  

                                                        

 

 

                                                                                                                     

                                            

                                        

 

 

Le temps d'une danse parmi la foule avec Adla
Partager cet article
Repost0
Fouad Boukhalfa - dans Ecriture créative
18 janvier 2019 5 18 /01 /janvier /2019 16:21
"Rio de sangre" de Oswaldo Guanasami

"Rio de sangre" de Oswaldo Guanasami

painting by Naum Gabo

painting by Naum Gabo

Résonances torrides

                         à mes veines à mes os

                                                                  A

                                                                  M

                                                                  O             

                                                                  U

                                                                  R

      Reflets  arides

      Pierres tranchantes trottoirs délabrés

                                         herbes folles

                                                             rocs abrupts

      Vent glacial

                           horizon sombre

                                                                  E

                                                                  T

                                                         

                                                                  D

                                                                  U

 

                                                                  S

                                                                  A

                                                                  N

                                                                  G

      De la terre arable sans labours

                                    et des  labours  des sans-terre

     

      Blessures ouvertes

                            promises aux guérisons 

      Et faim mortifiante

                         rassasiée à  temps 

                               de l'acte solidaire

                                       du labeur quotidien           

                                               de l’échange

                                               à nourrir de nouveau ce flux ondoyant  

         donnant au cerveau sa  part vitale de conscience  qui                

                                                                 B

                                                                 R

                                                                 U

                                                                  I

                                                                 N

                                                                 E

    

     Au rythme

                         d’une chanson intrépide

 

      Aux battements fous d’ailes de colombe

 

      A  l'écho vibrant aux tympans de la frappe d'un bouclier d’acier 

 

      Aux  moissons  à bras de faucille  

                                             D E              COEUR

                                                     \      ∕

                                                     MON                                                                                                                                                                                     la profondeur infinie appréhendée                                                          

      De la moindre  part de la multitude  apparue

                                                              de  tout horizon  gagné                                 

                                                                                                                                                 

Fouad Boukhalfa

 

 

Bruine sang de mon coeur
Partager cet article
Repost0
2 janvier 2019 3 02 /01 /janvier /2019 09:41

01 Janvier 2019 serait un jour comme les autres, qui arrive avec son lot de peine, dans l'air ambiant d'une injustice, parfois,criarde; aussi, le soleil levant rayonne toujours à l'est, à l'aurore d'un nouveau jour qui arrive à terme dans l'embrasement, à l'ouest, du crépuscule d'un nouveau soir, lorsque la terre finit par marquer d'un tour de danse, en tournant sur elle-même, le temps calculé au rythme des secondes, dans le mouvement d'une révolution terrestre dans l'espace sidéral. 01 janvier 2019, un jour , pourtant, comme les autres, médiatisé à grands feux d'artifices, pour marquer la reprise de mouvement d'un nouvel an solaire du calendrier grégorien où il ne prend ses repères exceptionnels que par rapport à la correspondance, traditionnellement établie en occident , (quand d'autres préfèrent le jour de l'Achoura hégirien lunaire ou encore un jour du calendrier chinois...), pour clôturer le bilan des activités, de faire, en quelque sorte, le point de l'état d'avancement d'un projet et de quelque réalisation. 01 janvier 2019 un jour comme les autres, où on se laisse, indulgent, entrainer par quelque manipulation commerciale à prendre du plaisir, à croquer noix et noisettes, à savourer chocolats et autres friandises et boissons, entre illusions et désillusions, de quoi avoir le tournis , quand on veut s'éclater, à rappeler les fêtes païennes, dans une fébrilité provoquée d'une manière volontariste, factice ...Tout en formulant les meilleurs vœux pour les jours à venir.
01 janvier 2019, un jour, comme les autres, qui ne prend sa signification, dans un monde ravagé par les guerres et les convoitises sans bornes, que par le labeur du grand nombre, dans une convivialité ouverte pour tous, aspirant à plus de justice et d'équité, animé d'un esprit inventif, créatif, incarné par des hommes et des femmes exprimant l'amour dans un élan intègre de générosité et de solidarité envers les personnes démunies et les natures vulnérables. C'est en leur nom que je préfère vous souhaiter , en ce jour, plein succès dans vos activités utiles et inoffensives, dans vos travaux artistiques, littéraires ou philosophiques,...Une... Bonne continuation!

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog " Annehoffen"
  • : Fondements et création d'un texte unique établi sur la base d' "une ligne expressive" nommée "Wichêm", qui allie différents genres littéraires. On distinguera dans mes écrits liés à mon projet d'édition ou à mes publications deux catégories : 1/Une écriture créative : des textes littéraires, ou extraits de compositions, qui s' inscrivent dans la ligne fondatrice du "Wichêm" 2/Une écriture intermédiaire: des extraits de mes essais ou de mes applications littéraires, mes commentaires et mes contributions qui touchent, notamment, à la littérature, à l'art , à la philosophie du langage ou à celle du signe. L'Auteur : Fouad Boukhalfa
  • Contact

Recherche

Liens